Archives du mot-clé folie

Les pissenlits de Yasunari Kawabata

Les pissenlits de Yasunari Kawabata
Les pissenlits de Yasunari Kawabata

Inéko, une jeune fille  souffre de « cécité sporadique devant le corps humain », (elle ne voit plus le corps des personnes aimés), elle est conduite dans un hôpital psychiatrique afin de ne pas blesser son entourage. Maladie hallucinatoire, mentale ? dont les causes sont inconnues.

Lire la suite Les pissenlits de Yasunari Kawabata

Publicités

Une voix soudaine de Taeko Kôno

Une voix soudaine de Taeko Kôno
Une voix soudaine de Taeko Kôno

L’incipit du roman commence par « De temps en temps, Ukiko revoit son père mort. Il obéit toujours à ses appels et vient même parfois de son propre chef pour passer avec elle des moments intimes et mystérieux. » On semble plonger dans un récit fantastique, mais on revient bien vite à la réalité et à la vie d’Ukiko. Sa jeunesse auprès d’un père froid et colérique, puis sa vie de couple qui lui permet d’abandonner le domicile familial afin d’espérer vivre plus sereinement. Mais on découvre un mari alcoolique, Ukiko qui tient son rôle de femme au foyer seule avec l’image de son père qui l’accompagne et la hante.

Lire la suite Une voix soudaine de Taeko Kôno

L’amour et les forêts de Eric Reinhardt

L'amour et les forêts de Eric Reinhardt
L’amour et les forêts de Eric Reinhardt

Eric écrivain de renom, un homonyme à Eric Reinhardt ? reçoit de nombreux courriers de ses lecteurs; en particulier une lettre d’une lectrice qui l’intrigue : Bénédicte Ombredanne, professeur de lycée à Metz. Il va alors rencontrer cette femme dans un café au Palais-Royal à deux reprises et, il découvre alors la tragique vie et le combat incessant que cette femme mène pour essayer simplement de vivre, de survivre. 

Lire la suite L’amour et les forêts de Eric Reinhardt

Charlotte de David Foenkinos

Charlotte de David Foenkinos
Charlotte de David Foenkinos

 

D’un côté, une famille dont la généalogie est entachée de suicides d’une génération à l’autre. De charlotte dont on va taire les multiples tragédies familiales. Puis une période sombre de l’histoire, qui la plonge dans l’horreur du nazisme, les siens essaient de résister : « il faut âtre optimiste, se dire que la haine est périssable ». Mais la folie barbare, telle une épidémie de haine s’étend partout. Un seul remède à son malaise, son mal de vivre :  le dessin et la peinture. Elle se lance dans une « apnée créatrice (…) extatique. Comme un rapport de dévotion au passé ».  

Lire la suite Charlotte de David Foenkinos

Les pierres de Hiraku Okuizumi

 

Les pierres de Hiraku Okuizumi
Les pierres de Hiraku Okuizumi

l’incipit de ce roman commence « Dans le galet d’une rivière est inscrite toute la marche de l’univers », mais également avec une citation de l’évangile selon saint Luc ‘Je vous le dis, s’ils se taisent, les pierres crieront ». Et le cri que l’on entend est un cri de douleur, un déchirement du plus profond de l’âme. Car dans cette grotte se trouve le reste d’une armée épuisée, touchée par la dysenterie, remplis de cadavres, putréfaction, pus, ulcère des tropiques. Lire la suite Les pierres de Hiraku Okuizumi

La course au mouton sauvage de Haruki Murakami

La course au mouton sauvage de Haruki Murakami
La course au mouton sauvage de Haruki Murakami

Quatrième de couverture

A Tokyo, un jeune cadre publicitaire mène une existence tranquille. Il est amoureux d’une jeune fille par fascination pour ses oreilles, est l’ami d’un correspondant qui refuse de lui donner son adresse pour de confuses raisons…, jusqu’au jour où cette routine confortable se brise.Pour avoir utilisé une photographie apparemment banale où figure un mouton, sa vie bascule. Menacé par une organisation d’extrême droite, il va se mettre en quête de cet animal particulier, censé confèrer des pouvoirs supra-naturels…

L’écriture de Murakami, à mi-chemin entre réalisme et fantastique,  par son inventivité et son humour, place ce roman dans un univers qui paraîtne rien devoir aux classiques japonais. Son auteur est sans aucun doute l’un des représentants les plus originaux de la littérature nippone contemporaine.

Thème : amour, désoeuvrement, errements, poésie, folie, imaginaire

Critique :

Murakami n’a de cesse d’immerger le lecteur que je suis, dans un univers mêlant poésie, fantastique et onirisme, à travers ces histoires étranges, fantastiques. On est plongé dans du quotidien, bercé de poésie surréaliste : « de la libération des oreilles », « d’une neige qui ressemble à la cervelle des gens », de rêve emprunt de symbolisme (« vache et la tenaille »).

Nous sommes souvent plongé entre deux mondes : celui du réel mêlant errements et désœuvrements puis des moments de folies poétique. On se demande si l’écriture n’est pas faites sous substances hallucinogènes ? Pour le réel, on est tout au long de ce récit guidé musicalement par les musiques américaines : Rolling Stones et les Beach boys, puis le Jazz. Musique que l’on se doit d’écouter en lisant afin de rythmer cette course harassante au mouton.

Le narrateur lit les nouvelles aventures de Sherlock Holmes, peut-être  un guide de lecture pour le lecteur dans  cette enquête au mouton. Un mouton spécial, d’une race inconnue : «  Un mouton d’un blanc pur, avec sur le dos une touffe de poils bruns décrivant la forme d’une étoile “, plutôt une race qui n’existe pas, un genre de mouton extra-terrestre qui …. Je vous laisse découvrir.

Dès Lors que j’eu finit la dernière page de « La course au mouton sauvage », il m’a semblé tomber dans un état de « manque-mouton », j’ai regardé par la fenêtre et « Le ciel était d’une pureté à vous donner mal au coeur », on m’a alors demandé : « -Tu peux me résumer ? », « -Si je résume, ça n’aurait plus aucun sens. ».

Bon, je vous laisse je vais allé nourrir ma « Sardine », et écouter un disque de Bill Withers par exemple.

Quelques repères de lecture

  • Chapitre 1 : 25/11/1970
  • Chapitre 2 : Juillet 1978
    • De 16 pas en avant :Le narrateur rentre de l’enterrement d’une fille morte dans un accident de voiture, elle a eu plus de 13 fractures, il est ivre. Il conclut son divorce
    • 2. De la libération des oreilles
  • Chapitre 3 : Septembre 1978
  • Chapitre 4 : La course du mouton sauvage
    • Le pénis : Il raconte sa vie en 9’20 » à la fille aux belles oreilles, une liaison démarre
  • Un inconnu rentre dans les bureaux : « il devait avoir entre trente-cinq et quarante ans, un mètre soixante-quinze, et pas un gramme de chair superflu » (47), « un silence de plomb, comme si l’on venait d’assister à une énorme tuerie, prit possession de la nièce ». On est confronté à une atmosphère lourde, irréel. L’inconnu souhaite faire interrompre une campagne de publicité de la compagnie d’assurance P. Photo représentant un paysage de Hokkaido avec nuages, montages, moutons et prairies. Si le marché est conclu un dédommagement, sinon ils seraient « out ».
    • 3. Le « Maître »: Cette demande provient d’un membre de l’extrême droite
    • 4. Compter les moutons : J’étudie photo, compte les moutons et boit deux whiskies, rendez-vous à 4 heures, je sombre dans une sieste.
    • 5.La limousine et son chauffeur : Il discute avec le chauffeur et termine sa sieste en écoutant du Bach.
    • 6. De l’univers du lombric : Description de l’arrivée à la demeure du Maître
  • Chapitre 5 : Lettres du rat et nouvelles péripéties
    • 1. La première lettre du Rat, cacheté à la date du 21/12/1977:
    • 4. elle me raconte le bruit des vagues en buvant un salty dog : il rencontre le fille et lui donne une lettre, ainsi que lui a demandé le rat
  • Chapitre 6 : La course au mouton sauvage (2)
    • Un homme étrange au propos étranges : Il rencontre un disciple du maître et discute sur les compensations possibles, essaye d’avoir des informations sur la provenance de la photo, puis philosophent de la race du mouton
    • Un homme étrange au propos étranges (2) : L’inconnu lui raconte qu’il y a un vieux  (Le Maître) avec une tumeur du cerveau et qu’il est proche de mourir. La tumeur a été détectée par un contrôle médical effectué sur les criminels de guerre de classe A,  en automne 1946
    • 3. La limousine et son chauffer (2) :Le chauffeur qui est chrétien lui donne le téléphone de Dieu
    • 4. Fin de l’été, début de l’automne :
    • 5. 1 sur 5000 :  Il n’ a que 5 000 moutons à Hokkaido, allons-y…
    • Ils font leurs achats pour partir, la fille aux belles oreilles l’accompagne, il la prénomme ‘ma girlfriend’
    • 7.Un esprit étroit mais obstiné: Il donne à garder son chat à l’homme en noir du « maître » (humour) . Il téléphone à son ami pour lui raconter, lui laisser la direction de la compagnie, car il s’absente un temps indéterminé
    • 8.Naisance de sardine: Il donne le chat au chauffeur, celui-ci n’a pas de nom. Le chauffeur propose ‘sardine’ alors
  • Chapitre 7 : Aventure à l’hôtel du Dauphin
    • 1. Fin du parcours dans une salle de cinéma. En route vers l’hôtel du Dauphin.
    • 2. Le docteur es moutons entre en piste: Après plusieurs de journées infructueuses, ils discutent avec le directeur de l’hôtel, et … L’hôtel ou il se trouve appartenait à l’association ovine,
    • 3. Il mange et parle énormément, le Docteur es moutons:  Ils rencontrent le père, qui lui narre son histoire: il a communiquer spirituellement avec un mouton en
    • Ils ont finalement trouvé la maison qui se troue sur la photo, elle semble appartenir ou être habité par le Rat.
    • 5. Elle quitte la montage. Je suis assailli par la faim: Il est arrivé au moitié du délai et n’a encore rien trouvé.
    • 6. Découverte dans le garage. Méditation au milieu de la prairie
    • 7.L’homme-mouton entre en scène.
    • 8.L’itinéraire privilégié du vent. Moment de désœuvrement, isolé avec les premières neiges. Il pense à sa Girlfriend, son collaborateur … Il lui semble se faire manipuler.
    • 9. Le visible et l’invisible dans le miroir.
    • 10. Et le temps s’en fut: Le rat fait son apparition
    • 11. Les habitants des ténèbres :
    • 12. Le Rat remonte la pendule: But « Royaume fondé sur le concept d’une anarchie absolue », Est ce que le monde va devenir meilleur ? ,  Sa Girlfriend à le don d’attirer les choses à elle
    • 13. Fil vert, fil rouge et mouette gelée
    • 14. Nouvelle visite au virage de mauvais augure
    • 15. Le thé à Jûnitaki

Les repères musical :

On est comme toujours bercé par un peux de musique, ici les Rolling Stones ou les Beach boys , Bill Withers, Johnson Brothers, Maynard Ferguson, Nat King Cole ‘South of the Border’, Percy Faith Orchestra ‘Perfidia’ , Bing Crosby ‘White Christmas’, Benny Goodman ‘Airmail Special’,

Roman de Conrad, les vies parallèles de Plutarque, un recueil de tragédies grecques, les aventures de Sherlock Holmes, Généalogie du parasitisme,

lexique :

  • un ciel de seconde main
  • Le ciel était d’une pureté à vous donner mal au coeur.
  • salty dog : vodka + jus de pamplemousse
  • Classe A : crime contre la paix visait uniquement les hautes sphères du pouvoir et ceux qui avaient planifié et dirigé la guerre.

Citations

  • Quand on tient le noyau du monde de la pub et de la politique, plus rien n’est impossible (53)
  • On pourra penser que coucher avec les filles est une chose tout à fat essentielle, on pourra aussi bien se dire le contraire. S’il y a l’amour comme acte d’hygiène personnelle, il y a aussi l’amour pratiquée en dilettante.
  • « C’est difficile de bien parler des choses dont on a vraiment envie de parler, tu ne trouves pas ? – Je ne sais pas », lui dis-je.
  • Une tristesse comparable à l’agonie d’un âne mourant  de faim entre deux tas de foin identiques dont il ne saurait lequel manger en premier.
  • Une neige qui ressemble à la cervelle des gens. Et qui s’amoncelle sans relâche, comme la cervelle des gens (cette phrase ne veut rien dire).
  • Un écrivain russe disait que su le caractère pouvait s’altérer quelque peu, la médiocrité demeurait identique pour l’éternité. ils sont quelquefois très avisés, ces russes. C’est sans doute qu’ils ont tout l’hiver pour gamberger .
  • Cependant entre parler avec franchise et dire la vérité il y a un monde – comme la distance entre la proue et la poupe d’un bateau. La franchise apparaît d’abord, la vérité vient en dernier. L’écart temporel entre les deux est directement proportionnel à la dimension du navire.
  • De manière générale on peut diviser les humains en deux catégories : les médiocres au regard du réel, et les médiocres au regard de l’irréel.(95)
  • Certes, ses théories, sa vision du monde d’idéologue de l’extrême droite étaient infantiles.
  • J’entendais seulement un bruit comme si des centaines de nains balayent l’intérieur de ma tête. Le temps avait beau passer, ils ne lâchaient pas leur balai. Aucun d’eux n’avait cependant l’idée de se servir d’une pelle.
  • Pour ce qui concerne ma vie sexuelle, la thèse importante est bien: « Nous ne sommes pas des baleines ».
  • Elle regardait le fuselage ramassé du 747 en se mordillant les lèvres. Je fis de même. Le fuselage des 747 me rappelait toujours une grosse femme toute laide qui habitait autrefois dans mon quartier. Son énorme poitrine affaissée, ses jambes gonflées, son cou desséché. L’aéroport m’apparut comme le point de rassemblement de ces femmes-là.
  • C’était une grande pièce. Grande et silencieuse,avec une odeur de vieille grange. Une odeur que j’avais respirée dans mon enfance. Une odeur d’heures vieillies que seuls rendent les meubles vermoulus et les tapis mis au rancart. (211)
  • La lumière jaune de la lampe était suspendue dans le vide comme du pollen.(214)
  • Comme une coulée d’huile, les ténèbres  firent intrusion en moi par mes oreilles. (243)

Divers :

ebook, 10,5 heures de lecture et de bonheur, 703 pages tournées, 1.1 page par minute environ. finit le 6/03/14