Un agent nommé Parviz de Naïri Nahapétian

Un agent nommé Parviz de Naïri Nahapétain
Un agent nommé Parviz de Naïri Nahapétain

Un transfuge Nasser Heydari, ingénieur dans le nucléaire iranien trouve asile  à Paris. Il parvient à protéger et ex filtrer sa femme : Kiana, une guitariste très célèbre, et sa belle soeur qui acceptent . Assassiné, son décès est caché quelque temps. Parviz un agent ‘trouble’ (qui est mort dans une cellule pendu par les gardiens de la révolution) va s’insinuer dans cette intrigue. Il était aux côtés de Khomeini lors de la prise de pouvoir, emprisonné ensuite par les gardiens de la révolution, recruté par la CIA puis par la DGSE, amoureux d’une militaire iranienne il tire les ficelles : trahison, mensonges ….

Je suis mort le 2 novembre 1979, pendu dans ma cellule par des Gardiens de la révolution aux ordres de Khomeyni. Quelques jours auparavant, j’avais fait une courte apparition à la télévision officielle afin de confesser mes crimes : j’étais un agent de la CIA à la tête d’un complot visant à renverser la République islamique. Mes « complices » ont été exécutés peu après. Du moins, c’est ce que me répétaient mes bourreaux chaque fois qu’ils m’arrachaient un nom. Vous n’étiez pas née alors, mais ceux de ma génération s’en souviennent que les interrogatoires ont été longs, douloureux, et la nouvelle selon laquelle on m’avait crevé les yeux a fait le tour de Téhéran. Rumeur macabre, servant tant à réjouir mes ennemis qu’à semer la terreur parmi les opposants…

Sur un fond d’espionnage, un poème du philosophe Avicenne sur l’oiseau ponctue le rythme de symbolisme et de philosophie.

« Tu ne t’es jamais envolé, c’est ta raison qui s’est envolée. Aucun chasseur n’a fait de toi son gibier ; c’est bel et bien la raison qu’on a chassée. Comment un homme s’envolerait-il ? »

Le Récit de l’Oiseau donne une portée mystique sur fond de cyber guerre contre la menace nucléaire iranienne. Cyber guerre qui se base sur des éléments ayant réellement existé (Virus d’une sophistication jusqu’à présent inconnue qui s’est inséré dans des centrifugeuses de la centrale nucléaire de Natanz)

Un polar d’une auteure arménienne née à Téhéran, pays qu’elle a fui après la révolution islamique. « Un agent nommé Parviz » est une opportunité de lire un roman teinté de Gardiens de la révolution, d’un monde fermé aux mains des mollahs. Nous sommes embarqués dans les coulisses des  services secrets aussi bien persans qu’occidentaux. Une porte entrouverte qui permet d’apercevoir la culture iranienne, le contexte historique et géopolitique

Petit polar, rempli de brefs  chapitres, il se lit rapidement avec tous les ingrédients d’un roman d’espionnage : secrets et mensonges, infiltrations, double jeu, agents doubles, triples …

Extraits :

  • Mais comment croire un homme qui avait fait du mensonge son métier? Un homme qui n’était en réalité qu’un démon envoyé par Satan pour défendre une société étourdie de divertissement et gorgée de superflu…

Divers:

  • Titre original : ?
  • Editeur : L’aube noire, 2015
  • Traduit  ?
  • Note : ●●●○○
  • Challenge Polar et Thriller 2016

 

Publicités

Une réflexion sur « Un agent nommé Parviz de Naïri Nahapétian »

Laisser un commentaire, un avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.