Archives du mot-clé nucléaire

Un agent nommé Parviz de Naïri Nahapétian

Un agent nommé Parviz de Naïri Nahapétain
Un agent nommé Parviz de Naïri Nahapétain

Un transfuge Nasser Heydari, ingénieur dans le nucléaire iranien trouve asile  à Paris. Il parvient à protéger et ex filtrer sa femme : Kiana, une guitariste très célèbre, et sa belle soeur qui acceptent . Assassiné, son décès est caché quelque temps. Parviz un agent ‘trouble’ (qui est mort dans une cellule pendu par les gardiens de la révolution) va s’insinuer dans cette intrigue. Il était aux côtés de Khomeini lors de la prise de pouvoir, emprisonné ensuite par les gardiens de la révolution, recruté par la CIA puis par la DGSE, amoureux d’une militaire iranienne il tire les ficelles : trahison, mensonges ….

Je suis mort le 2 novembre 1979, pendu dans ma cellule par des Gardiens de la révolution aux ordres de Khomeyni. Quelques jours auparavant, j’avais fait une courte apparition à la télévision officielle afin de confesser mes crimes : j’étais un agent de la CIA à la tête d’un complot visant à renverser la République islamique. Mes « complices » ont été exécutés peu après. Du moins, c’est ce que me répétaient mes bourreaux chaque fois qu’ils m’arrachaient un nom. Vous n’étiez pas née alors, mais ceux de ma génération s’en souviennent que les interrogatoires ont été longs, douloureux, et la nouvelle selon laquelle on m’avait crevé les yeux a fait le tour de Téhéran. Rumeur macabre, servant tant à réjouir mes ennemis qu’à semer la terreur parmi les opposants…

Lire la suite Un agent nommé Parviz de Naïri Nahapétian

Publicités

Il y a un an Hiroshima de Hisashi Tôhara

Il y a un an, Hiroshima


Hiashi Tôhara avait dix-huit ans le 6 août 1945. Un an plus tard il raconte ce qu’il a vécu dans la ville d’Hiroshima. Des images noires : le rideau se lève sur un drame encore jamais vu. Le narrateur avait vu les bombes incendiaires; les tremblements de terre, mais là une apocalypse d’un nouveau genre venait de voir le jour. Elle mènera à la capitulation le 15 août par l’empereur.

Je ne voyais que le ciel noir, l’eau noire et les flammes rouges comme des démons. » p34

Lire la suite Il y a un an Hiroshima de Hisashi Tôhara