Archives du mot-clé souvenirs

Tsukushi de Aki Shimazaki

Tsukushi de Aki Shimazaki
Tsukushi de Aki Shimazaki

 

Tsukushi est le quatrième et avant dernier volume de la pentalogie du cycle « Au coeur du Yamato ». Le personnage central est Yûko Tanase, la mère de Mitsuba, que l’on avait laissé dans le premier volume marié avecTakashi Sumida. De nombreux liens se sont tissés dans cette pentalogie et s’entrecroisent. Nous allons avoir un aperçu de la vie de couple de Yûko avec le fils du riche banquier Sumida.  Lire la suite Tsukushi de Aki Shimazaki

Tristes revanches de Yoko Ogawa

Tristes revanches de Yoko Ogawa
Tristes revanches de Yoko Ogawa

 

La spécificité de ce recueil de nouvelles, est qu’elles sont interconnectées, puzzle d’atmosphères, étranges et captivantes ; leur point commun : étrangeté et mystère, les femmes se vengent des maris ivrognes, des amants menteurs, de clientes réfractaires à leur art. Tous ces moments de vie sont racontés sont comme des lignes droites qui se coupent .Il y a toujours une présence morbide qui les entoure lors de leur intersection. Ces interconnections pourraient être un fraisier à la crème, une romancière, un train qui prend du retard, une carotte ou une photo, des tâches de sauce tomate   … Ces points communs sont propres à chacun, a sa sensibilité de lecteur.

Lire la suite Tristes revanches de Yoko Ogawa

La mer de Yoko Ogawa

 

La mer de Yoko Ogawa.
La mer de Yoko Ogawa.

Encore un nouveau livre de Yôko Ogawa que je dévore : « La mer », celui-ci est un recueil de plusieurs nouvelles écrites en 2006 (Donc assez récentes). C’est un très bon recueil de nouvelles, on retrouve la poésie, tendresse, sensibilité, délicatesse, sensualité, souvenirs …. toutes les nombreuses qualités dont sont faites les romans et nouvelles de Ogawa. A lire…
Lire la suite La mer de Yoko Ogawa

La séparation de Dan Franck

 

La séparation de Dan Franck
La séparation de Dan Franck

 

Un roman Superbe. Cette histoire démarre avec une petite contrariété lors d’une sortie au théâtre, le jeu des mains : je te prends la main, je la caresse, tu réponds, tu es froide et distante, un contact sensuel et la machine va remarcher !!! souvent,  l’on vit des moments identiques. Mais cette fois tout bascule insidieusement, doucement, impossible de résister. Puis le silence s’installe, l’incompréhension, le désir qui s’enfuit, les malaises qui amènent à la rupture. Le narrateur à beau se battre pour re construire le couple, il acceptera tout, mais tel face à un tsunami, il sera incapable de résister à la rupture.
J’ai découvert « La séparation » en lisant les critiques du roman « les fidélités » de Diane Brasseur. Donc c’est avec un peu de retard que je me penche sur ce roman. Il a reçu le prix Renaudot en 1991, j’ai été conquis par ce roman qui décortique petit à petit toutes les étapes douloureuses d’une liaison qui se finit, avec ces non-sens, ses incompréhensions, ses aigreurs et ses colères.
Ce roman est un bijou de justesse et de sensibilités. Je l’ai trouvé très émouvant.
Un roman magistral à conseiller, plein d’empathie. Chacun qui a connu une séparation ou des moments douloureux dans la vie de couple se reconnaîtra dans la situation décrite par le narrateur.
Un film a été tourné en 1999, réalisé par Christian Vincent. Le couple est joué par Isabelle Huppert et Daniel Auteuil.

Citations

  • Sa femme seule l’intéresse. Il lui porte une attention inversement proportionnelle à celle qu’elle lui témoigne. p21
  • Il souhaite comprendre, mais comprendre quoi ? Elle se dérobe sans cesse
  • Il se demande ce qu’il a fait, ce qu’il n’a pas fait, ce qu’il aurait du faire, ce qu’elle attendait et qu’il n’a pas donné.  p27
  • Il craint par dessus-tout qu’elle n’accepte que pour lui, non pour elle.
  • Il refuse cinéma et théâtre, une fois suffit. De même que tous les lieux où une promiscuité trop grande lui appellerait les gestes de naguère. p35
  • Il se contente de ce qu’elle lui laisse.
  • Il s’est dit que quelque chose clochait entre eux; qu’elle percevait le négatif avec beaucoup plus d’acuité que le positif. Mauvais présage dont il n’a pas tenu compte. p41
  • Tu ne m’as pas mis devant un fait accompli mais devant la possibilité du fait. p50
  • Chacun sait qu’une rencontre, c’est le risque de la vie, et une médiocrité, le danger de la survie. p57
  • On l’intronise dans la confrérie de l’anxiolytique. Il appartient désormais aux Compagnons du Lexomil. p59
  • J’attends quelque chose mais je ne peux pas te dire quoi. p74
  • Et s’est dit que la patience n’était pas la mère des vertus mais celle du masochisme. p124

 Divers:

Titre:La séparation
Auteur: Dan Franck
Année de publication: 1991

Éditeur: Seuil
prix Renaudot 1991
Note : ***** (4.4/5)

Etranges rivages de Arnaldur Indriðason

 Étranges rivages  Étranges rivages de Arnaldur Indridason
Étranges rivages
Étranges rivages de Arnaldur Indridason

Une partie de la saga de l’inspecteur Erlendur. Ce récit se passe pendant ses vacances. Il retourne dans la maison de son enfance. C’est vrai que l’on ne rencontre plus beaucoup d’homicide à Reykjavik en ce moment. Le volume précédent est Hypothermie, et les policiers semblaient être au chômage. Dans les régions sauvages des fjords de l’Est, Erlendur va être hanté par les fantômes de son passé. Son petit frère disparu lors d’une tempête de neige lorsqu’il avait une dizaine d’années, le tourmente. Il ressent une culpabilité dans ce drame.

Dans cette même région, au milieu de la seconde guerre mondiale, une patrouille de soldats britannique s’était perdue  dans la lande pendant une tempête. Une jeune femme Matthildur avait également disparu. Tous les britanniques avaient été retrouvés, mais pas cette jeune femme. La disparition de cette personne lui rappelle son petit frère, il va essayer de mener une enquête sur cette disparue : pour chasser les fantômes du passé, et enterrer les disparus. Erlendur va fouiller le passé, à la limite de la légalité, afin de pouvoir faire le deuil des disparus.

C’est lentement que nous avançons dans cette enquête qui nous mène dans les landes glacées. Les fantômes et les légendes islandaises nous accompagnent. La culpabilité et le deuil impossible vont accompagner tous les protagonistes de ce polar en quête de vérité.

C’est toujours avec plaisir que je suis les pérégrinations d’Erlendur, policier tourmenté avec une vie familiale compliquée.

Personnages :

Famille de Matthildur 'Etranges Rivages'
Famille de Matthildur ‘Etranges Rivages’

 

Citations :

  • Et je me suis mis à réfléchir sur la vengeance, sur ce qui conduit les meilleurs des hommes à commettre les pires atrocités. Sur la manière dont les gens peuvent se rendre coupables de crimes horribles pour se venger.
  • Vous connaissez l’histoire de cette femme qui s’est perdue sur le chemin qui franchit les failles de Hraevarskörd ?
  • Erlendur, les flics ne sont pas là pour sauver les âmes, avait objecté Marion, pour cela nous avons les pasteurs.
  • Son objectif n’était pas de sanctionner. Son but n’était pas de remplir les prisons de désespérés. Ce qu’il voulait, c’était découvrir la vérité dans chacune des enquêtes qu’il menait. La seule chose qui lui avait toujours importé était d’obtenir les réponses aux questions qu’il se posait. De découvrir ce qui s’était perdu, avait été oublié et que personne avant lui n’avait jamais trouvé.
  • toutes sortes d’histoires de revenants liées à la femme de Jakob, disparue quelques années plus tôt. On disait qu’elle était entrée dans le cercueil avec lui. On disait qu’elle le persécutait.
  • Personnellement, je n’ai rien à voir avec tout ça, je voulais simplement atteindre le fond des choses. — Mais… vous travaillez dans la police. Vous n’avez pas le devoir de… ? — Le devoir est une notion complexe, observa Erlendur.

Divers

  • Titre original : Furðustrandir – Étranges rivages (2010) / trad. de l’islandais par Éric Boury
  • Ebook : 7.8 heures de lecture, 23 minutes par session, 598 pages, 1.3 pages/minute
  • Note : ***** (4/5)

Autres Ouvrages

Le Duel  -  Arnaldur INDRIDASON
Le Duel – Arnaldur INDRIDASON