Archives du mot-clé mort

Les Belles Endormies de Yasunari Kawabata

Les Belles Endormies de Kawabata
Les Belles Endormies de Kawabata

Eguchi, est un vieil homme de soixante sept ans confronté à ses démons Il découvre par le biais d’un ami une auberge dans lequel un homme peut passer une nuit avec une jeune fille. Il va approcher ses « belles endormies », endormies car sous un fort somnifère, elles sont à disposition des vieillards. Eguchi va se troubler. Eguchi est en quête de plaisirs, mais aux côtés de ces jeunes adolescentes à chaque fois différentes il va se remémorer le passé. Ces jeunes filles lui rappellent ses premiers amours et ces souvenirs vont rapprocher Eguchi de sa fin, de la mort.

L’image d’opposition que sont ces jeunes adolescentes paraissant morte avec les drogues face au vieillard qui revit et se repait de leur chaleur, de leur odeur est touchant. Et pourtant la mort semble rôder auprès des vieillards autant que près de ces jeunes filles.

Toute la sensualité qui se dégage des filles plonge Eguchi dans de longues méditations. Les sens sont mis en avant, Eguchi touche délicatement ces peaux délicates, ces visages. Mais ce sont les odeurs du lait maternel qui suinte des poitrines de ces filles femmes qui rappellent telle la madeleine les souvenirs d’Eguchi. Les souvenirs vont le ramener jusqu’à sa mère couchée sur son lit de mort.

Eguchi va se révolter, vouloir s’opposer à la fatalité. Il essaye de réveiller les filles, questionne la tenancière de ce lieu. Il va même avoir des pulsions violentes, tel un vampire aspirer la vie de ces filles pour s’éloigner de la mort. Mais il se résigne à chaque fois en dormant avec un somnifère. 

Kawabata nous offre un roman magnifique, sur l’amour, la sensualité, emprunt d’érotisme. Mais également sur la mort, le temps et la vieillesse. Les nuits sont bercées par le bruit des vagues qui temporisent la vie qui passe. Evidemment, on pourrait sentir une certaine pointe de cruauté, mais plutôt de fatalisme, de révolte contre l’usure inéluctable du temps  allongé contre ces belles endormies.

Citations :

  • Cependant le vieillard se demandait distraitement comment il avait pu se faire que le sein de la femelle humaine, seule parmi tous les animaux, avait, au terme d’une longue évolution, pris une forme si belle. Le beauté atteinte par les seins de la femme n’était-elle point la gloire la plus resplendissante de l’évolution de l’humanité ?

Divers:

  • Titre original : Nemureru bijo (1960)
  • Publié en français sous le titre Les Belles Endormies,
  • Note : ***** (5/5)
Publicités

Première neige sur le mont Fuji de Yasunari Kawabata

Première neige sur le mont Fuji de Yasunari Kawabata
Première neige sur le mont Fuji de Yasunari Kawabata

Six nouvelles de ce maître de la littérature nous sont offertes dans ce recueil. Nouvelles écrites entre 1952 et 1960 entre ‘le grondement de la montagne’ et ‘les belles endormies’. Kawabata à 53 ans lorsqu’il écrit la première de ces nouvelles.  La première nouvelle est éponyme au  titre de l’ouvrage.

« Sept ou huit ans auparavant, Utako et Jirô s’étaient aimés, puis elle avait épousé un autre homme, dont elle venait récemment de divorcer. Aujourd’hui, elle partait avec Jirô pour un voyage à Hakone. Un voyage lourd d’arrière-pensées. »

Lire la suite Première neige sur le mont Fuji de Yasunari Kawabata

Saules aveugles, femme endormie de Haruki Murakami

Saules aveugles, femmes endormies de Haruki Murakami
Saules aveugles, femmes endormies de Haruki Murakami

23 nouvelles composent cet ouvrage. De petites nouvelles du quotidien qui vont nous plonger dans un monde poétique, absurde ou  les coïncidences apportent leur lot d’insolite.  Pour preuve le titre de cet ouvrage en est un condensé : « Les saules aveugles sont pleins d’un pollen très puissant. De toutes petites mouches chargées de ce pollen s’introduisent dans les oreilles de la femme et la font dormir. »

Lire la suite Saules aveugles, femme endormie de Haruki Murakami

La Vigne des morts sur le col des dieux décharnés de Nosaka Akiyuki

La Vigne des morts sur le col des dieux décharnés de Nosaka Akiyuki
La Vigne des morts sur le col des dieux décharnés de Nosaka Akiyuki

Troublant, choquant, envoutant, surprenant, poignant et ce ne sont qu’une partie des qualificatifs qui me permettront de décrire ces deux très courts récits.

Deux nouvelles du célèbre Nosaka Akiyuki auteur de ‘la tombe des lucioles’. J’ai été véritablement troublé par cette lecture. Je me suis questionné sur le contenu. Mais j’ai finalement penché pour un conte pour cette première nouvelle éponyme, une ancienne légende Japonaise, trouble, inquiétante, qui mêle amour, érotisme, folie et maléfice.

Lire la suite La Vigne des morts sur le col des dieux décharnés de Nosaka Akiyuki

Serpents et piercings de Hitomi Kanehara

Serpents et piercings de Hitomi Kanehara
Serpents et piercings de Hitomi Kanehara

 

 


Hitomi Kanehara est une jeune romancière née en 1983, son roman est grandement autobiographique. Elle quitte l’école à onze ans, est anorexique et utilise l’écriture comme exutoire. Elle est adepte des transformations corporelles comme « Lui », l’héroïne de ce roman écrit à vingt ans.

Lire la suite Serpents et piercings de Hitomi Kanehara

Les pierres de Hiraku Okuizumi

 

Les pierres de Hiraku Okuizumi
Les pierres de Hiraku Okuizumi

l’incipit de ce roman commence « Dans le galet d’une rivière est inscrite toute la marche de l’univers », mais également avec une citation de l’évangile selon saint Luc ‘Je vous le dis, s’ils se taisent, les pierres crieront ». Et le cri que l’on entend est un cri de douleur, un déchirement du plus profond de l’âme. Car dans cette grotte se trouve le reste d’une armée épuisée, touchée par la dysenterie, remplis de cadavres, putréfaction, pus, ulcère des tropiques. Lire la suite Les pierres de Hiraku Okuizumi