L’enfant et l’oiseau de Durian Sukegawa

l’enfant et l’oiseau

 

Johnson, tombé du nid, est le seul survivant de sa fratrie. À bout de forces, le jeune corbeau est recueilli par Ritsuko, femme de ménage et mère célibataire, qui décide de le ramener chez elle au mépris de l’interdiction d’héberger des animaux dans son immeuble. Bien lui en prend, car son fils adolescent, Yôichi, se passionne pour l’oiseau qu’il entoure de mille soins. Un jour, le gardien fait irruption chez eux et Johnson, que Yôichi avait caché sur le balcon, s’envole. C’est le début pour lui d’une longue errance. Il sait qu’il ne peut retourner auprès de son ami et cherche à survivre dans une ville hostile. Une rencontre va lui sauver la vie…

Je n’ai pas trop d’hésitations lorsque je vois paraître un nouveau roman de Durian Sukegawa. Cette parution m’a fortement motivé à lire et écrire quelques lignes sur le blog que je délaisse un peu (en partie à cause du travail) en ce moment.

Durian Sukegawa est l’auteur de ‘Délices de Tokyo’ un roman coup de coeur. On retrouve peut-être plus que dans ‘Le rêve de Ryosuke’ cette alchimie de douceur et de cruauté, d’empathie avec ces personnages touchants – tant ceux humains que ceux de Johnson. Dans les premières lignes, je m’attendais à une lecture gentille – simple plutôt à l’attention des jeunes lecteurs. Mais on passe rapidement du monde enfantin au monde des adultes. Un monde impitoyable, avec des lois cruelles – choquantes.

Même si l’on se sent pas très proche des corbeaux – ces grands oiseaux noirs un peu funestes – on se sent relié à leur vie  et leur destin. On suit la vie des bébés corbeau, leur vision, leur premiers sens, les dangers qui guette le nid. Le départ du nid, l’apprentissage du monde et la saison des amours. Un cycle de vie, de combat pour la survie.

Les corbeaux étaient considérés comme des nuisibles, dans cette ville. Chaque année, la municipalité allouait un budget à la lutte contre ces oiseaux, dont elle exterminait le plus grand nombre possible dans la limite de ses moyens. Les nids étaient eux aussi concernés, car les corbeaux n’en construisaient que pour se reproduire. La destruction des nids et des oisillons constituait le premier pas vers leur extermination. Un bon nombre d’habitants soutenait cette politique de lutte contre les corvidés.

La vie de Yôichi et de sa mère n’est pas aussi des plus faciles – seule, elle doit trouver des ressources pour faire vivre / survivre.  On sent l’amour de Yôichi et de sa mère pour cet oiseau, qu’ils essaient de défendre dans leur immeuble.

On retrouve de l’amour, de l’empathie, de la nature. Un livre qui nous pousse à s’insurger contre les injustices, une lecture émouvante. Si vous avez aimé ‘les délices de Tokyo‘, ce dernier roman devrait également être apprécié…

Divers:

  • Titre original : KARASU NO JOHNSON, 2018
  • Traduction du Japonais Myriam Dartois-Ako
  • Éditeur : ALBIN MICHEL (24/04/2019)
Publicités

Une réflexion sur « L’enfant et l’oiseau de Durian Sukegawa »

Répondre à Les Livres de Zéa Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.