Kisanga de Emmanuel Grand

Kisanga de Emmanuel Grand

« Il y a foule dans les salons du musée de la Marine. Sous les applaudissements de tout le gotha politico-économique, la compagnie minière Carmin célèbre le lancement de Kisanga : un partenariat historique avec le groupe chinois Shanxi pour coexploiter un fantastique gisement de cuivre tapi au coeur de la savane congolaise. Les ministres se félicitent du joli coup de com’ avant les élections ; les golden boys de la City débouchent le champagne…. »

« Hier c’était l’ivoire et le caoutchouc,
aujourd’hui le cuivre, l’uranium et les diamants.
Et à chaque fois, le sang de l’homme noir a coulé. »

Quels sont les ingrédients de ce polar : un journaliste d’investigation,  une société minière au Congo , Richesses dans le sous-sol, Partenariat franco-chinois, Barbouzes, Investisseurs, Banquiers, gouvernement, manipulations….

Thriller politico-économique-financier sur l’exploitation abusive des mines Congolaise sur fond de Françafrique. Un polar d’actualité en fait  Emmanuel Grand nous embarque dans une géopolitique très actuelle.  Les ressources « maudites » telles que le cuivre, l’uranium, le coltan, qui nous permettent d’avoir des ressources , sont exploitées dans de très sales conditions. On se remémore « Lafarge » en Syrie en 2018 poursuivi pour «violation d’un embargo», «financement d’une entreprise terroriste», «mise en danger de la vie d’autrui» et «complicité de crimes contre l’humanité». Ou bien Areva avec ses mines du Niger. Areva avec son affaire Uramin (2007) – Uramin d’ailleurs semble rimer avec Carmin….

Mais que l’on se rassure  Kisanga,  « est une fiction. Ni ses personnages ni son intrigue ne sont tirés d’une histoire vraie. »  Au moins, on est rassuré :-). Autopsie d’une réalité que l’on peut lire dans son quotidien.

 

Quelques petites citations:

  • Le journaliste sentit la rage monter en lui. Cette rage qui, il y a des années, lui avait servi de vocation et qu’il éprouvait à chaque fois devant l’exorbitant pouvoir des puissants sur les faibles, devant l’injustice que subissaient les uns et l’impunité dont jouissaient les autres.
  • Ce qui restait à Lauzière de fibre patriotique vrilla comme un maquereau frais dans une poêle à frire.
  • Transiter de la poche du contribuable à celle de ces salauds pour payer du matos volé à l’ONU afin d’armer des mercenaires chargés de zigouiller d’honnêtes citoyens… Pays des droits de l’homme, mon cul, ce foutu monde n’était rien d’autre qu’un cloaque puant.

Et…

Publicités

2 réflexions sur « Kisanga de Emmanuel Grand »

Laisser un commentaire, un avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.