La fille du cryptographe de Pablo de Santis

 

La fille du cryptographe

 

Miguel Dorey est atteint d’un défaut d’audition qui l’amène à mettre en doute la réalité de ce qu’il entend. Il est obsédé par les langages secrets des civilisations oubliées tout autant que par les codes de l’espionnage. Avec ses camarades du cours du professeur Colina Ross, il fonde un Cercle des cryptographes qui gagne une petite réputation internationale.

Nous sommes sur une fin du Péronisme, le début des agitations étudiantes de 1968, les manifestations estudiantines gagnent bientôt les milieux ouvriers et syndicaux, qui s’insurgent contre le pouvoir autoritaire. Puis, l’instauration de la dictature militaire dans les années 70. L’histoire se déroule jusqu’en 1983, et traverse une période d’instabilité complète pour l’Argentine : dictatures et coups d’État se succèdent.

« La cryptographie nous conduit tout droit à la paranoïa. Après avoir passé des heures à chercher un message caché, nous commençons à penser qu’on nous suit dans la rue. »

Le cercle des cryptographes va traverser cette période trouble. Il va être phagocyté par des étudiants dont le but est plus de couvrir leurs activités que la cryptographie. Le club va alors servir de base pour les manifestants étudiant, afin de faire passer leurs messages et de préparer une sorte de guérilla de désinformation. Miguel qui n’était pas du tout militant se plie au jeu, il rencontre Eleonora une fille mystérieuse. L’instauration de la dictature va faire tomber le cercle des cryptographes et le mettre au service de la dictature.  Emprisonnés, et isolés du monde dans une cave, les étudiants sont chargés de déchiffrer tous les écrits confisqués par l’armée.

Miguel traverse toute cette période trouble, plus animé par la cryptographie, les secrets, mais revient progressivement à la ‘vraie’ vie.

« Les cryptographes sont tous pareils, nous pouvons déchiffrer tous les messages, sauf un : celui qui nous est destiné. »

Un scénario dense, rempli de symboles qui nous plonge dans un climat de dictature sombre ou soupçon, délation, et rivalité occupent une grande place : Paranoïa est le maître mot de cette leçon de cryptographie.

Divers:

  • La hija del criptografo (2017)
  • Editions Métaillé, 2018
Publicités

Laisser un commentaire, un avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.