Auprès de moi toujours de Kazuo Ishiguro

 

Auprès de moi toujours

« Kath, Ruth et Tommy ont été élèves à Hailsham dans les années quatre-vingt-dix ; une école idyllique, nichée dans la campagne anglaise, où les enfants étaient protégés du monde extérieur et élevés dans l’idée qu’ils étaient des êtres à part, que leur bien-être personnel était essentiel, non seulement pour eux-mêmes, mais pour la société dans laquelle ils entreraient un jour.  »

« nous étions précisément à l’âge où nous savions deux ou trois choses sur nous-mêmes – sur qui nous étions, en quoi nous étions différentes de nos gardiens, des gens du dehors –, mais n’avions pas encore saisi ce que cela signifiait. »

Quelle est cette étrange école ?   École qui possède des gardiens,  quel est ce métier d’accompagnatrice ? Faire des dons. Pourquoi pousse-t-on ces enfants à développer des dons artistiques, à être sur protégé.

On rentre progressivement dans ce récit, on s’interroge sur la terminologie et le sens des mots utilisés à Haillsham. Dans cette première partie du roman, on se sent un peu étouffé. On ressent des non dits, on subit les mensonges également. Mais pas de révolte. Les ‘gardiennes’ qui semblent savoir, mais ne disent rien. Le monde inconnu à l’extérieur des murs de Haillsham. On ressent pour ma part une certaine empathie pour Kath, Ruth et peut-être davantage pour Jimmy.

Elle a dit à Roy que les choses comme les tableaux, la poésie, tous ces trucs – là, elle a dit qu’ils révélaient ce qu’on était à l’intérieur. Elle a dit qu’ils révélaient votre âme. « 

Une ambiance qui reste oppressante tout le long, je reste assez surpris, car je ne m’attendais pas à un récit de type dystopique. Le roman pose des questions éthiques, sur le clonage, dons d’organe ou plutôt une forme détournée du don d’organe.

Et, plusieurs semaines après cette lecture, l’impression de ce roman est toujours forte et emprunt de malaise. L’écriture de Kazuo Ishiguro qui nous transporte dans la peau et l’âme de ‘souris de laboratoire’ est totalement bluffante.

Div.

  • Never Let Me Go 2005
  • traduction par Anne Rabinovitch
Publicités

10 réflexions sur « Auprès de moi toujours de Kazuo Ishiguro »

  1. J’ai lu ce livre il y’a quelques années maintenant et je peux vous assurer que ma vision du monde n’a plus été la même. C’est Un livre qui vous pousse à réfléchir sur la vie, la mort, l’homme dans ce qu’il a de plus noble et de plus horrible. Le style de Kazuo Ishiguro y est juste sublime. Malheureusement, Je n’ai lu que ce livre de lui (il est difficile de trouver cet auteur là où j’habite ) mais ça m’a fait plaisir d’apprendre que c’était lui qui a obtenu le prix Nobel de la littérature pour l’année 2017 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire, un avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.