Natural Woman de Matsuura Rieko

Natural Woman de Matsuura Rieko

 

La narratrice, Yoko est dessinatrice de manga, elle est jeune, elle a 19 ans. Elle connaît ses premiers émois amoureux, désordre du corps et de l’esprit. Elle est attirée par les femmes, mais un soupçon de soumission entoure ses amours.

« Il ne faut pas laisser échapper l’occasion, quand on aime autant, il faut exprimer son amour, sinon on va mal. Peu importe les conséquences ».

Dans ce court roman, on traverse trois phases, dont les protagonistes amoureuses se croisent. Trois tableaux amoureux Yukiko, Yuriko, et Hanayo. Sa liaison avec une hôtesse de l’air, un voyage avec Yuriko, et finalement sa première liaison avec Hanayo. Au travers de ces trois chapitres, on remonte peu à peu le temps jusqu’à la première passion de Yoko.

Trois phases de la vie de la narratrice Yoko, que l’on pourrait qualifier de « femme enfant » qui s’illumine auprès de ses amantes.  Femme enfant, car elle semble être effacée, ne semble pas vouloir prendre d’initiatives, séduit par son retrait et sa délicatesse.

Mélange de désirs, certain refoulés, de plaisirs, d’amour et de passion, mais aussi d’hésitations. On a l’impression d’un amour balbutiant qui se cherche, mais bouillant lorsqu’il traverse les veines de la narratrice. On retrouve des corps qui s’enflamment, mais aussi une finesse dans les analyses psychologiques des protagonistes.

Je faillis dire que l’on est plus heureux en désirant ardemment coucher avec quelqu’un plutôt qu’en passant à l’acte, mais non, finalement ce n’était pas exact. Que souhaitais-je en définitive ? Comment faire pour être « heureuse » ?.

De l’érotisme, oui, mais pas seulement. La narratrice s’interroge sur l’amour, le coeur, les désirs. Un roman  plaisant sur les passions amoureuses, étranges et complexes : douceur et cruauté, érotisme et pudeur.

Citations :

  • Je lui abandonnai mon corps anesthésié par l’excès d’émotions, et Hanayo qui m’avait ainsi capturée commença à retirer d’une main mon tee-shirt entortillé autour de mes bras à la façon de quelqu’un pelant délicatement un fruit.

Divers:

  • Titre original : Natural woman, 1987
  • Edition Picquier poche, 1996, 2000
  • Traduction du Japonais Karine Chesneau
Publicités

10 réflexions sur « Natural Woman de Matsuura Rieko »

Laisser un commentaire, un avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.