La douleur de André de Richaud

La douleur de André de Richaud
La douleur de André de Richaud

MmeThérèse Delombre trente-cinq ans et déjà veuve. Son mari un capitaine est mort des les premières années de la Grande guerre, elle reste avec son fils Georges dans un petit village de Provence. Mais la passion la guette, et surtout la solitude.

Elle ne pensait qu’à l’amour, qu’aux gestes de l’amour, qu’aux douleurs de la passion. Elle aimait éperdument. Une seconde jeunesse la saisissait. Elle essayait de se délivrer en aimant son fils, en se forçant à aimer son fils par de dures contraintes. Mais l’enfant était déjà pour elle, sans qu’elle se l’avouât, un homme, et un peu de boue souillait à jamais l’amour de la mère »

Dans la « douleur », on fait face à une montée progressive du désir charnel de Thérèse. Cette soif de corps va trouver un réconfort avec Otto, un prisonnier de guerre allemand. Ce triangle amoureux va vite se trouver déséquilibrer. Thérèse doit cacher sa passion amoureuse, son fils Georges va rapidement désavouer les actes de sa mère, la passion d’Otto  va tarir lorsque des commérages viennent à voir le jour dans le village.

Georges, son fils tient une grande place dans ce drame. La possessivité de sa mère à son égard, la jalousie qu’elle entretient afin de le garder, puis d’essayer de l’éloigner. Georges va se sentir, lui aussi de plus en plus isolé, sa mère l’envoie suivre le catéchisme, l’intégrer dans le village. Alors que sa mère au début reporte une partie de son amour sur son fils, le protégeant, jalousant ses petites copines. Arrive un moment ou l’incompréhension se fait jour. Il se fonde dans la communauté des ‘biens pensants’, de ceux qui font la guerre aux ‘boches’ se mettant en opposition avec sa mère.

Le point culminant porte sur les épaules de Georges ou il doit faire sa confession pour la première fois de sa vie. Désemparé, se sentant abandonné de sa mère, il porte une vision de culpabilité sur les agissements de sa mère. De plus la haine du boche et les commérages qui sont transmis progressivement par les gens du village viennent assaillir l’insouciante Thérèse. Georges devient peu à peu un juge face au comportement de sa mère.

Un roman très fort, sur les passions amoureuses, une découverte suite au billet que Goran que vous pouvez découvrir ICI. Passion amoureuse sulfureuse qui se déroule durant la Première Guerre mondiale, mais qui est intemporelle. Mais qui néanmoins fit scandale à sa sortie en 1930. Roman qui rappelle bien sur le diable au corps   de Raymond Radiguet sur de nombreux points : adultère, envie de chair pendant et histoire de guerre. Mais également roman de jeunesse pour ces deux écrivains (écrit à 23 ans pour de Richaud et à 20 ans pour Radiguet). Miroir de la société, des souffrances endurées de l’immense solitude de ces femmes dont les maris sont partis au front.

Extraits :

  • Il ne savait pas, le candide curé de campagne, que sa soutane avait fait envoler dans la pensée de Thérèse, non de longues théories de pleureuse, mais des farandole d’hommes nus et de femmes possédés. La tête du petit pesant entre ses genoux devenait une tête d’homme ses minces jambes d’enfants s’allongeaient, s’ombraient, devenaient dures comme celles des jeunes gens qu’elle allait voir, le dimanche, jouer au ballon.
  • Les rupture entre amants ne sont jamais radicales, le sommeil est là pour l’attester, pendant lequel les mains, livrées à elles-même, cherchent une épaule, une hanche amie qui pendant des mois leur a servi de refuge. Thérèse n’avait jamais assez et aimé son mari pour que son corps ait gardé le souvenir de ses étreintes. Elle était vacante : chair et âme.

Divers :

  • Publié, 1930
  • Editions : Grasset , les cahiers rouges, 1931, réédition 2011
  • Note : 
Publicités

3 réflexions sur “ La douleur de André de Richaud ”

Laisser un commentaire, un avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s