Le rapide de Tokyo de Seicho Matsumoto

Le rapide de tokyo de Seichô Matsumoto
Le rapide de Tokyo de Seichô Matsumoto

Un jeune couple d’amoureux est retrouvé mort sur une plage. La cause de la mort semble évidente : double suicide d’amour par absorption de cyanure.

Kenishi Sayama jeune fonctionnaire au ministère X section Y, et Otoki serveuse, sont retrouvés un 21 janvier sur une plage de Hakata. Rien ne laisse présager que ce n’est pas un suicide. Mais un petit détail trouble un inspecteur car le jeune fonctionnaire était également soupçonné dans un scandale de malversation au sein de son ministère.

L’inspecteur principal Mihara, va tenter de casser l’alibi d’un suspect et avec l’aide des horaires de chemin de fer. Tous les détails et l’emploi du temps du supposé suspect sont analysés en détail. Et cett enquête nous fait voyager d’un bout à l’autre du Japon.

Polar très captivant, un brin cérébral, mais très agréable à lire.  L’intrigue est ingénieuse, l’inspecteur principal ne recherche pas le coupable, mais s’efforce de démonter pas à pas un alibi suspect. L’auteur nous approche du climat social, de la corruption, d’un système corrompu, de fonctionnaires attachés à leurs avantages, des contrats de travaux publics et de commissions. Ici, Matsumoto dévoile le ministère X section Y, Quel ministère ? Depuis 1950, 9 des 15 Premiers ministres du pays ont été impliqués dans des scandales.

‘Le rapide de Tokyo’ édité aux éditions le Masque, 1982 est aussi édité  sous une autre traduction aux éditions Picquier sous le nom de ‘Tokyo Express’ en 1988

Seichō Matsumoto (1909/1992) est un auteur prolixe (450 oeuvres), surtout connu pour ces romans policiers. Des polars plutôt psychologiques, qui sont portés par le détective. Seul cinq de ces romans sont traduits en Français à ce jour. Le vase de sable,  Journal local,  un endroit discret,  et La voix.

Extraits :

  • Les deux corps gisaient sur le rivage dans le vent froid et salé. Maintenant qu’il était accompagné, l’ouvrier était en mesure de les observer avec plus de calme. Il remarqua la femme en premier. Elle était allongée, le visage tourné vers le ciel. Ses yeux étaient clos, mais sa bouche entrouverte laissait apercevoir une ligne de dents blanches.
  • Quand il y a un scandale, c’est toujours celui qui est au bas de la hiérarchie qui se suicide pour couvrir les grands
  • Parfois, une opinion toute faite nous empêche de voir l’évidence. C’est une chose effrayante. Ce que nous appelons le bon sens ne nous dissimule bien souvent la réalité. Même si un fait apparaît comme évident, il faut enquêter, objectivement, pour en être absolument sûr

Divers :

  • Tōkyō express (Ten to sen), paru en 1958.
  • Librairie des Champs-Élysées, Le Masque no 1695, 1982
Publicités

2 réflexions sur « Le rapide de Tokyo de Seicho Matsumoto »

Laisser un commentaire, un avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.