Le tatouage et autres récits de Junichirô Tanizaki

Le tatouage et autres récits de Junichirô Tanizaki

Recueil de trois nouvelles : le Tatouage, Les jeunes Garçons, le secret, qui sont les premières écrites par Tanizaki à partir de 1910 à 24 ans.

Ceci se passait en un temps où les gens possédaient encore la vertu précieuse de faire, comme on dit, « des folies » -suffisamment du moins pour que les rouages du monde, à la différence d’aujourd’hui, ne grincent pas trop fort, un temps où bouffons et serveurs de thé gagnaient bien leur vie à vendre des histoires drôles pour chasser tout  nuage du front serein des grands seigneurs et de la jeunesse dorée et, aux palais, faire rire sans fin servantes et prostituées de luxe, si bien que le monde allait sans heurt son petit train.

Seikichi, jeune  tatoueur réputé mais déchu est arrivé au sommet de son art, il veut sublimer son art sur la peau d’une jeune fille ‘parfaite’.

Un voeu dès longtemps caressé et des jouissances inconnues d’autrui étaient enfouis au plus profond du cœur du jeune maître

Sa quête de la jeune fille parfaite, arrive par hasard : une jeune geisha de seize ans. Cette jeune femme d’une incomparable beauté  va parfaire l’oeuvre de Seikichi.

Après l’avoir drogué à son insu, il va lui tatouer une énorme araignée tarentule qui lui enserre le corps entre ses pattes.  Ce tatouage sera pour la jeune femme la révélation de son pouvoir maléfique sur les hommes. Tatouage ou transparaitra l’âme de Seikichi. Pouvoir du tatouage ou de la tarentule sur les hommes, prophétie ou les hommes deviendront des victimes, une riche pâture

Cette première nouvelle contient l’ensemble des thèmes préféré de Tanizaki : envie, d’Amour, de sado-masochisme, domination, et la beauté de la femme.

Un film a également été réalisé de cette courte nouvelle « Le Tatouage (Irezumi, 1966), réalisé par Masumura Yasuzo.

Le Tatouage de Tanizaki
Le Tatouage de Tanizaki

Malgré que cette nouvelle soit relativement courte, elle délivre une impression très forte, tel un condensé des fantasmes que l’on retrouvera dans toute l’oeuvre de Tanizaki. Un prémisse à son oeuvre .

Les deux autres nouvelles qui composent ces récits sont « Les jeunes garçons » et « Le secret » qui ont également été publié dans « le secret et autres textes » et dont j’ai déjà écrit un billet.

Les éditions du Sillage propose en supplément une biographie et des repères biographiques de l’oeuvre de Tanizaki.

Divers :

  • Titre original : Chûôkôron-sha, 1910, Shônen 1911, Himitsu
  • Editions : Gallimard, 1966, 1997, Sillage 2010
  • Traduction : Cécile Sakai et Marc Mécréant
  • Note : 
Publicités

Laisser un commentaire, un avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.