Call boy de Ira Ishida

Call boy de Ira Ishida
Call boy de Ira Ishida

Call-Boy est l’histoire d’un jeune Tokyoïte, il est étudiant et se prénomme Ryo. Il a une vie des plus banales et s’ennuie, travaille comme barman dans un petit bar et celà jusqu’à une rencontre inattendue. Dès les premières lignes nous sommes plongés au coeur de son tourment :

J’entends souvent résonner des bruits de pas dans mes rêves.

Ce sont toujours les mêmes. Avec le même rythme, le même écho et le même plancher qui grince. Ils hantent mon sommeil. Je les reconnais, car j’ai appris à les connaître. A force de les entendre, ils me sont devenus familiers.

Oui… j’y suis si tristement habitué que, depuis longtemps, la tournure de mes songes ne me surprend même plus. Je sais toujours de qui je rêve. Je sais à qui appartiennent ces pas. Je ne le sais que trop.

Je le sais, mais je ne peux rien faire d’autre que les laisser s’approcher. Je suis condamné, et comme pieds et poings liés, je reste simplement à attendre que ces maudits rêves se terminent, sans jamais pouvoir les changer. (…)

Sa vie de barman va changer, lorsqu’il est invité à travailler dans une agence. Sa tâche sera alors de satisfaire des femmes.

On trouve de la sensibilité et de la douceur, dans les relations sexuelles que Ryo va avoir avec ses clientes.  On va également plonger dans l’esprit et les désirs féminins , on rencontre une authenticité dans ses rapports avec chaque fois une relation unique qui se met en place.

L’approche de la sexualité n’est pas tant physique que cérébral, emprunt de souvenirs et de sensualité. la partie monétaire n’est pas non plus un attrait pour Ryô et son besoin est plus de se trouver ou de se retrouver dans l’image qu’il apporte aux femmes face à leurs désirs tel un puzzle.

On retrouve le thème de le jeunesse désabusée et en perdition, de la solitude .Thématique des adolescents que l’on retrouve chez Murakami, et chez les nouveaux auteurs tel WATAYA Risa, Mieko KAWAKAMI, Banana Yoshimoto

Eros, désir sensualité mélangé de mystère sont intimement lié dans ce parcours pratiquement initiatique. Rencontre de l’autre, de l’inconnue, le respect et la préservation d’autrui  dans ce monde des escorts de luxe. Un univers spécial qui est conté tout en douceur et sans heurt.

Une belle écriture, délicate, simple et fluide. Call Boy se lit d’un seul trait. Je n’ai pas encore lu la suite écrite par Ira Ishida  « Ikebukuro West Gate Park » mais je le  pose dans le haut de ma PAL.

 

Extraits :

  • Depuis l’enfance, j’ai toujours adoré les femmes mûres. Cette différence d’âge était donc loin d’être un obstacle pour moi. D’ailleurs je me demande bien pourquoi les femmes culpabilisent toujours d’être plus âgées. Beaucoup regrettent de ne plus être dans la fraîcheur de leur prime jeunesse, mais ces plaintes ont longtemps été un mystère pour moi.
  • Si les adolescentes ou les filles de vingt ans étaient des lumières aveuglantes, les femmes de quarante ou cinquante ans se rapprochaient plus de la douce et chaleureuse lumière émanant d’une lampe en papier japonais.
  • J’ignore comment cette manie m’est venue, mais les rides des femmes m’ont toujours fasciné et peuvent capter à elles seules toute mon attention.
  • Chacun de ces visages recelait un charme propre à son âge, et ils se fondaient tous en un seul, comme autant de fleurs en une seule inflorescence. Cette dame était plus âgée que ma grand-mère, mais son visage me semblait si gracieux que j’eus soudain envie de la serrer dans mes bras.
  • Les livres de Platon ne sont pas de simples livres, ce sont, en même temps, des essais de philosophie, des récits, des pièces de théâtre, des manuels de rhétorique aussi. Tout ne semble faire qu’un lorsqu’on le regarde en se laissant bercer par le chant des cigales.

Divers :

L’auteur est né en 1960, publie en 1997 son premier roman, Ikebukuro West Gate Park, qui remporte le 36e prix All Yomimono New Mystery Writer. Ses romans décrivent la culture des jeunes au Japon, en particulier les femmes jeunes et les otaku (Japanese term for people with obsessive interests, commonly the anime and manga fandom) sans éducation scolaire. Plusieurs de ses œuvres ont été adaptées pour des manga et à la télévision. 

  • Titre original : Shônen, 2001
  • Editions Picquier, 2006
  • Note : ♡♡♡♡♡
Publicités

Laisser un commentaire, un avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s