Neige de Printemps de Yukio Mishima

Neige de printemps de Mishima
Neige de printemps de Mishima

Deux jeunes amants vivent leurs amours « surannées » au temps où le Japon tente d’assimiler les modes d’un Occident.
Deux protagonistes, Kiyoaki Matsugae héritier et fils unique  du marquis et de la marquise Matsugae, nouveaux nobles d’une riche famille de l’aristocratie récente (issue toutefois d’une lignée de samouraïs), et Satoko Ayakura fille d’une ancienne famille de la noblesse de Cour, mais assez désargentée.

Kiyoaki appartient à une aristocratie récente et pour une part fortement occidentalisées. Une critique de cette société qui semble en perdition ou perdre ses véritables valeurs est mis à jour « les parents ne soumettent leurs enfants à aucune discipline dès l’instant qu’ils sont nés« . Quant a Satoko, elle appartient à une antique famille de noblesse de Cour. Les liens entre les deux familles sont serrés depuis longtemps, car le marquis Matsugae avait confié l’éducation du jeune Kiyoaki à la famille Ayakura afin qu’il acquière les manières raffinées de la cour. Le japon est en pleine transition dans cette période l’ère Meiji , la différence de statut entre nouvelle et ancienne aristocratie se découvre progressivement.

La passion naissante entre Kiyoaki et Satoko et suite à plusieurs faux-fuyants et incompréhensions, Satoko, est alors promise à un prince impérial, rapprochement qui est approuvé par l’empereur et qui devient inéluctable. Emprisonné dans leur rôle aristocratique et noble, leur passion va alors côtoyer le déshonneur, amour obligatoirement vouée à un échec tragique.

Bien que de constitution faible (capricieux, souffrant, angoissé, imprévisible), qui semble plutôt anti-militarisme, Mishima par le biais de Kiyoaki fait l’écho de la perte du système féodal, des valeurs du Japon d’avant Meiji. Les institutions occidentales sont présentes à plein de niveaux : vestimentaire, architectural, aristocratique, et même de pensée … On ressent l’influence occidentale importante, et dans l’esprit japonais le désir de passer à quelque chose de nouveau. (Fin du conflit russo-Japonais)

La femme, a de multiples facettes, menteuse, intrigante elles cache la vérité, complote, se jouent des hommes. On retrouve ce caractère chez  Tadeshina qui intrigue et trahit. Mais c’est aussi l’image d’une déesse de beauté que l’on retrouve sous les traits de Satoko déesse car pratiquement inaccessible.

La sexualité, la perte de la virginité. Le père de Kiyokai souhaiterait faire passer de la période d’adolescence à adulte son fils auprès de geishas. Cette offre est refusé par Kiyoaki, il ne veut et ne souhaite que d’un amour pur et absolu. L’amour est au dessus de l’acte physique, il se veut un absolu qui ne peut être atteint que dans un au-delà. Cette mort qui le réunira avec son meilleur ami Honda et aussi sa bien aimée Satoko.

Passion désir et érotisme. La beauté que décrit Mishima est celle qui exacerbe les sens, qui tient pratiquement du sacré, aux dieux.  Cette beauté est lié à la mort. Kiyoaki va essayé de la détruire (par le biais du courrier), de la faner une première fois en la rejetant. Un parallèle au « pavillon d’or »,  mais ici la tentation est de chair.

« Il était certain d’aimer Satoko. Aussi, il se rapprocha d’elle doucement pour la prendre par les épaules. Il les sentit se raidir en lui résistant. Ce refus opposé à ses doigts le ravit. C’était là une plénitude de résistance, une résistance sacrée à signification cosmique. Les douces épaules qui éveillaient en lui un tel désir tiraient la force qu’elles lui opposaient de l’autorité de la Sanction Impériale. Pour cette même raison même, elle avait le pouvoir de le rendre fou, d’énerver ses doigts d’un désir fébrile. Il y avait un lustre capiteux dans sa chevelure embaumée, noir de jais, apprêtée avec soin et légèrement ramenée au dessus de son front ; rien qu’à l’entrevoir de si près, la pensée lui venait qu’il était perdu en forêt, la nuit par un brillant clair de lune. »

J’ai apprécié un caractère féminin qui est la grand mère de Kiyoaki , elle m’a semblé un caractère hors norme, alors que toute la famille semble être déficiente à prendre des décisions, n’ayant aucun sens pratique à part celui de se faire valoir et de paraître. Celle-ci par les actions de Kiyoaki va montrer la valeur et sauver l’honneur de la famille.

Elle appartenait à une génération de femmes qui tenaient pour rien de laver leurs assiettes dans un fleuve que l’on voyait charrier des cadavres. Ca, c’était vivre ! Et aujourd’hui, chose remarquable, voilà que ce petit-fils, à première vue tellement fin de race, ressuscitait sous ses yeux l’esprit d’un autre âge.  

En dehors de l’écriture poétique de Mishima, l’on retrouve également des thème tel ceux du bouddhisme et, en particulier, la réincarnation. Avec la différenciation qui est faite avec la culture bouddhique de leurs deux amis : des princes thaïlandais qui sont venus au Japon pour leur scolarité et l’apprentissage du monde. La référence à la religion est souvent abordé.

Ce premier volume du cycle  » la mer de fertilité » se termine sur les mots de Kiyoaki à Honda « Je viens d’avoir un rêve. Je te reverrai. Je le sais. Sous la cascade. »

« Neige de printemps » est le premier tome de la tétralogie / oeuvre testamentaire de Yukio Mishima.

Extraits :

  • Le marquis ne semblait jamais si heureux que lorsqu’il faisait montre d’un savoir pareillement inutile.
  • Le sentier que nous suivons n’est pas une route, Kiyo, c’est une jetée et là où elle s’achève, c’est la mer qui commence.
  • Satoko s’assit sur le parquet de tatami devant Kiyoaki, les genoux scrupuleusement serrés. Elle inclinait la tête et cachait son visage derrière un mouchoir, l’autre main reposant sur le plancher. Elle avait le corps tourné de côté, si bien que sa nuque éclatante avait la blancheur d’un de ces petits lacs que, parfois, on rencontre en montagne p216

Divers:

  • Titre original : SPRING NOW, 
  • Editeur : NRF, Gallimard, 1980
  • Traduit de l’anglais par Tanguy Kenec’hdu
  • Note : ●●●●●
Publicités

Laisser un commentaire, un avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.