Le Gardien Invisible de Dolores Redondo Meira

Le Gardien Invisible de Dolores Redondo
Le Gardien Invisible de Dolores Redondo

 

De très jeunes filles sont retrouvées mortes, leur corps abandonné sur les berges du Baztan : les bords d’une rivière du pays Basque Espagnol.

Une mise en scène identique à chacun des meurtres, une fine cordelette enfoncée dans la gorge, les vêtements déchirés  et disposés des deux côtés, le pubis rasé, et le gâteau odorant et onctueux placé sur le pelvis.

L’inspectrice Amaia Salazar, originaire d’Elizondo  est donc chargée de l’enquête.  Formé à Quantico avec les techniques du FBI aux États-Unis, elle a une connaissance des enquêtes rigoureuses. Pour la première fois, elle va prendre en charges l’équipe de la section des homicides de la police régionale. Mais cette enquête-ci va la ramener très loin dans son passé, un passé obscur qu’elle a tenté d’oublier.

L’action se déroule dans le Pays Basque espagnol,   contrée sauvage, dans une vallée où légendes et personnages mythologiques ainsi que magie se mêlent. Mais on entend aussi des rumeurs  sur un génie de la forêt : « le basajaun » (dans la mythologie basque, une créature imaginaire, sorte d’homme corpulent, poilu et sauvage, vivant dans les Pyrénées basques, en particulier dans la forêt d’Iraty.) qui se promène, protégeant la forêt et les êtres ; tout comme la déesse Mari.

Les meurtres, ces jeunes filles sacrifiés qui semblent avoir subi un rite de purification. Un rituel archaïque ?  Car tous ces meurtres ont subis la même préparation ?

La mise en scène présente un aspect clairement sexuel…. Les vêtements, la poitrine dénudée, le pubis rasé…. et la pâtisserie…. au saindoux, peut-être, ou …. -C’est un txatxingorri, intervient Amaia. Un gâteau traditionnel de la région.

Le meurtrier est originaire de la région : braconnier, ours ou basajaun ?  Enquête difficile, meurtres qui s’enchaînent, tension, friction. Enquête policière qui saccade mixé d’une intrigue familiale.

D’autres thèmes sont aussi abordés, tels le traumatisme de l’enfance, Envie de maternité, alcoolisme. On retrouve de nombreux symbolismes sur la maternité : eau, grotte, terre, l’offrande à la déesse Mari

J’ai beaucoup apprécié de ce roman noir. L’histoire est envoûtante, captivante. Une symbiose de polar noir – serial killer et de légendes et croyances populaires dans le pays Navarrais. Il parait que c’est le premier volume d’une trilogie : donc à suivre.

Extraits :

  • L’assassin avait fidèlement reproduit en détails la mise en scène des meurtres précédents : la fine cordelette enfoncées dans la gorge, les vêtements déchirés et disposés des deux côtés, le pubis rasé et le gâteau odorant et onctueux placé sur le pelvis.
  • Dans cette maison, il y avait des choses beaucoup plus intéressantes à faire que d’écouter la télé et, pourtant, celle-ci occupait l’espace sonore, comme une cacophonie absurde que l’on ignore et que l’on tolère par habitude. Un jour, elle en avait parlé à sa tante, qui lui avait répondu : -C’est l’écho du monde. Tu sais ce qu’est l’écho ? Une voix qu’on entend quand la véritable s’est tue.
  • Oublier est un acte involontaire. Plus on essaie de laisser quelque chose derrière soi, plus cette chose vous poursuit.WILLIAM JONAS BARKLEY
  • La mise en scène présente un aspect clairement sexuel…. Les vêtements, la poitrine dénudée, le pubis rasé…. et la pâtisserie…. au saindoux, peut-être, ou …. -C’est un txatxingorri, intervient Amaia. Un gâteau traditionnel de la région.

Protagonistes :

  • Amaia Salazar inspectrice (section des homicides de la police régionale), marié à James
  • Rosaura (Ros) soeur d’Amaia
  • Flora : soeur d’Amaia
  • Rosario : La mère d’Amaia
  • Engrasi : sa tante, tire les cartes de tarot
  • Dr Jorge San Martin : autopsie
  • Estebanez juge
  •  Lonan Etxaide sous inspecteur, anthropologue et archéologue
  • Fermin Montes inspecteur : musophobe (horreur des rats et souris)
  • Zabalza : sous-inspecteur
  • Montes : Inspecteur
  • Alberto Flores, Javier Gorria : gardes forestiers
  • Raul Gonzales et Nadia Takchenko  : zoologistes de Huesca

Divers

  • Titre original :El guardian invisible, 2012
  • Editeur : Stock, 2013
  • Traduction: Marianne Millon
  • Note : ●●●●●
Publicités

Laisser un commentaire, un avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s