Le jour de la Gratitude au travail de IToyama Akiko

Le jour de la Gratitude au travail de IToyama Akiko
Le jour de la Gratitude au travail de IToyama Akiko

Deux nouvelles composent ce court recueil. Pour la première, elle nous raconte la vie de Kyôko, une jeune femme chômeuse et célibataire au japon. les affres de sa condition de sans emploi avec une vision plutôt amère. Mais célibataire de surcroit, Kyôko nous commente une rencontre arrangée. Elle est franche, directe, le ton est donné dès les premières lignes

Le jour de la gratitude au travail, qu’est ce que vous voulez qu’il me fasse, c’est un jour comme les autres pour les sans emplois. Ou alors vous allez peut-être me dire de remercier humblement la société ? Faut pas pousser, moi aussi j’ai bossé longtemps et les impôts, c’est pas avec le dos de la cuillère qu’on s’est servi non plus. Les allocations chômage auxquelles vous avez droit en fonction du temps passé, par contre, elles sont si faibles et durent si peu de temps que c’est a vous donner envie de hurler.

Une critique du monde du travail, un univers machiste vue par une femme ou les promotions sont carrément inexistantes, mais se faire tripoter par son supérieur par contre est courant : vision désabusée de la vie de bureau. Une chômeuse c’est pratiquement une pestiférée.

Mais également un coup de gueule sur les mariages arrangé, avec l’utilisation d’une intermédiaire.  Une femme célibataire qui n’est pas encore marié parait « socialement handicapé »

La seconde nouvelle, est aussi sur la même thématique, la vie au travail, l’amitié entre deux employés de la même promotion  embauché dans la société fabricant d’équipement ménager et sanitaire. Le mot d’ordre : atteindre le chiffre d’affaires à tout prix, et ceci au gré des diverses affectations.

Ecriture agréable, des nouvelles courtes et percutantes. de l’humour féminin, rebelle. Un reflet de la société et de la vie des salaryman en entreprise au pays du soleil Levant.

Un petit moment de lecture agréable.

Extraits :

  • L’enviable, c’est le mec. C’est moins contraignant qu’un chien puisqu’il fait ses besoins tout seul et on peut s’envoyer en l’air quand on veut. L’emmerdant c’est les séparations
  • M Nobeyama, s’il faut le décrire, faisait penser pour le visage à un pain rond fourré à la pâte de haricot qu’on aurait frappé du poing au beau milieu. Dans la partie bombée par la garniture sucrée, il y avait une paire d’yeux humides, des lèvres renflés et  cramoisis, les joues, elles, étaient tombantes. Les cheveux, ni franchement longs, ni franchement courts, avaient peut-être été lavés mais donnaient une impression de saleté. Mais quand on aime, ça peut remédier à une certaine laideur (…) Oui mais je ne sais pas quoi lui demander. Je n’ai jamais fait de rencontres arrangés jusqu’a maintenant.

Biographie :

Akiko Itoyama (絲山 秋子, Itoyama Akiko, née dans l’arrondissement de Setagaya à Tokyo le 22 novembre 1966, actuellement installée à Takasaki dans la préfecture de Gunma)suit des études en sciences économiques et politiques à l’Université de Waseda. Elle est une romancière japonaise, lauréate de la 134e édition du prix Akutagawa. Le jour de la Gratitude au travail est son seul roman traduit en Français pour l’instant.

Divers :

  • Titre original :(沖で待つ)oki de matsu, 2004
  • Prix Akutagawa, 2005
  • Editeur : Picquier, 2008
  • Traduction: Marie Noëlle Ouvray
  • Note : ●●● ○○
Publicités

Laisser un commentaire, un avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.