Un été au Kansai de Romain Slocombe

 

Un été au Kansai de Romain Slocombe
Un été au Kansai de Romain Slocombe

Une mise en abîme d’une histoire, qui commence banalement par une enquête mené par un journaliste afin de débusquer le passé nazi de dirigeants allemands.Ce journaliste se voit remettre toute la correspondance d’un fonctionnaire du corps diplomatique allemand/nazi au Japon de 1941 à 1945. 

Ce jeune allemand Friedrich Kessler,quitte l’Allemagne Nazi pour s’éloigner au loin des combats, Et sa mission commence bien « En ces splendides jours d’été, comment imaginer qu’au-delà de l’horizon si bleu et calme, les flots sont souillés d’huile et de sang, les avions piquent et explosent, les corps noircis de mazout dérivent jusqu’aux plages paradisiaques pour y finir rongés par les crabes ?… « . Il va engager une longue correspondance avec sa soeur restée au Pays. Nous sommes à l’écoute de leur vision (non ou peu censuré) témoin des évènements tragiques. D’une sensibilité de vainqueur, celle-ci déteint progressivement avec les bombardements alliés. Il va se se trouver confronté au Racisme anti blanc, de l’impréparation de la défense civile de la folie des militaires japonais lié au code Bushido. Et va faire peu à peu le parallèle dans la folie des idéologues de tout bords qui veulent une guerre totale, il se voit plongé dans une folie qui le dépasse complètement. Mais il reste subjugué par la culture du Japon, partagé entre ses lectures des ‘Milles et une nuit » , des rencontres, de philosophie et sa collection des estampes d’Hiroshigé.

J’ai été absorbé par cette lecture (j’hésiterais à dire sous le charme vue la gravité des éléments),mais captivé sur ce témoignage, sur la vision de la guerre vue par un fonctionnaire du corps diplomatique. Les correspondances sont un témoignage qui plonge peu à peu dans les horreurs de la guerre d’ou qu’elles viennent. Un roman remarquable 

Citations

  • En ces splendides jours d’été, comment imaginer qu’au-delà de l’horizon si bleu et calme, les flots sont souillés d’huile et de sang, les avions piquent et explosent, les corps noircis de mazout dérivent jusqu’aux plages paradisiaques pour y finir rongés par les crabes ?… Lorsqu’on est un vacancier de Tokyo ou de Yokohama, ce mot sensô, la guerre, semble s’être entièrement évaporé dans la chaleur.
  • Un ouvrier, dans le tramway, s’est levé pour céder sa place à une Juive portant l’étoile jaune. Il lui a dit, avec un humour sec qui cachait sûrement de la compassion : « Assieds-toi, étoile filante. » Et, à un voyageur qui protestait, l’ouvrier a répliqué tout de go : « C’est moi qui dispose de mes fesses. »
  • j’ai vu des adultes et des adolescents s’entraîner au combat à l’aide de piques en bambou – sans aucun doute une arme redoutable contre les superforteresses B-29 ! Les habitants d’Okinawa sont encouragés par la propagande gouvernementale à utiliser les bambous pour suppléer aux fusils. Et si les piques en bambou viennent à manquer, ils devront utiliser le karaté.
  • Lorsqu’il a appris ma nationalité allemande, mon voisin d’hôpital a observé : — Les Soviétiques veulent avaler la moitié de votre pays. Si la Russie triomphe, tout ce que le nazisme avait de haïssable recommencera. Staline ne vaut pas mieux que Hitler. Ah, si la race des idéologues « bienfaiteurs de l’humanité » qui n’apportent que la misère pouvait s’éteindre ! (Le reste se perdit dans une quinte de toux.)
  • Le Tennô (empereur) est un petit bonhomme assez laid d’une quarantaine d’années, aux épaules tombantes, au visage mou et au menton fuyant, avec des lunettes cerclées de métal et une fine moustache noire. Je lui ai trouvé l’air un peu absent. (D’après Eugen Ott et les autres qui le connaissent, il serait timide, cordial et modeste.) L’empereur portait l’uniforme de maréchal, tandis que son épouse était engoncée dans une longue robe couleur lilas datant à mon avis de quelque chose comme 1910.

Divers:

  • Anné de publication : 2015
  • Note : ***** (4,5/5)
Publicités

Laisser un commentaire, un avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.