La femme qui dort de Ikezawa Natsuki

La femme qui dort de Ikezawa Natsuki
La femme qui dort de Ikezawa Natsuki

Un recueil de trois courtes nouvelles :  

Les origines de N’kunre : (29 pages) En Amérique du Sud un couple avec une femme volage Estelle. Le mari Sebastiano la découvre avec un autre, la tue  puis Il s’enfuit de peur de la vengeance de son beau-père. Il rencontre dans sa fuite un peuple secret qui possède une incantation qui fait disparaitre les conflits apaiser l’esprit de ‘ homme et donne la paix du coeur. Petite nouvelle pleine d’optimiste en vue d’un monde meilleur.

Mieux encore que les fleurs (46 pages) : un livre de souvenirs contant une rencontre improbable, une histoire d’amour qui se fait sous le signe d’un envoutement. Mêlée à une ancienne légende,  peut-être une façon de se dédouaner, il n’empêche que la sublimation des sens a eu lieu pour le plaisir des deux partenaires. Une vague d’érotisme baigné de pudeur nous emmène dans cette courte romance sensuelle. 

La femme qui dort : (45 pages) Dernière nouvelle, qui est éponyme au titre du recueil. Une femme exilée à Boston tombe sans raison dans un sommeil profond :  esprits, âmes, recherche identitaire, départ dans un monde parallèle, souvenirs, un endroit singulier au parfum de mer. Des rêves qui emmèneront cette femme bien loin dans l’île  Kudaka à Okinawa 

C’est le second roman de Ikezawa Natsuki que j’ai en main, le premier était Des os de corail, des yeux de perle. Un livre déjà emprunt de nostalgie. Celui-ci est beaucoup plus onirique avec des messages ‘de paix’ qui m’ont laissé un peu froid. J’ai eu du mal à me plonger dans ces récits, seul le second remplit d’érotisme m’a charmé.

Extraits

    • On ne comprenait pas vraiment ce qui se passait mais, en tout cas, aucun des deux n’a dit à l’autre qu’il l’aimait. Elle m’utilisait comme un outil et pour moi aussi elle était un instrument, quelque chose de cet ordre, il me semble. En même temps, pourtant, nous partagions notre plaisir. p58
    • Ce n’est pas une simple envie de dormir. c’était comme si une force impérieuse l’attirait vers le sommeil. Ce genre de chose ne peut pas m’arriver, se dit-elle, tout en essayant de résister, mais elle ne pouvait pas résister et, comme un avion décolle du sol, elle s’envola tout à coup vers le sommeil.  P96 

A propos de Natsuki Ikezawa (池澤 夏樹):

Né en Juillet  1945  à Hokkaido. Romancier, poète, essayiste , traducteur de poésie grecque moderne. A obtenu un diplôme de Physique à l’université de Saitama. Puis est parti vivre en Gréce trois ans. Il est  considéré comme l’un des meilleurs écrivains au Japon, il est connu pour son amour des îles, et vit sur ​​une île dans l’extrême sud de l’archipel japonais .
Depuis ses débuts en tant que romancier à l’âge de trente-neuf ans, les îles du Pacifique ont fourni le cadre pour sept de ses œuvres majeures :.Tio du Pacifique; Des os de corail, des yeux de perle; La soeur qui portait des fleurs; La vie immobile

 

Divers :

        • Titres originaux : Reshitashon no hajimari; Renya; Nemuru onna
        • Editeur : Picquier poche, 2009, 2014
        • Traduction Corinne Quentin
        • Note : ***** (3,2/5)

 

Publicités

Laisser un commentaire, un avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s