Le nouvel Inspecteur de Lao She

 

Le nouvel inspecteur de Lao She
Le nouvel inspecteur de Lao She

La collection Folio 2€ nous permet de nous faire découvrir Lao She. Les deux nouvelles qui composent ce petit ouvrage qui font partie du recueil « Gens de Pékin ».

La première de ces nouvelles : « le nouvel inspecteur » nous met en présence de You Lao’er qui vient d’être nouvellement promu au rang d’inspecteur de police par le commandant Li. Sa mission est d’arrêter tous les brigands et les rebelles. Mais entouré d’anciennes connaissances, il ne veut faire de tort à personnes, éviter les conflits, il souhaiterait tel un fonctionnaire modèle se cacher derrière son journal. En fait Il se retrouve rapidement assis entre deux chaises, d’un côté le commandant qui lui ordonne de capturer les rebelles, de l’autre il est secondé par un groupe de brigand (ex rebelles) qu’il doit commander et doit surtout tenter de se faire respecter. C’est plus avec humour que nous assistons aux péripéties de You Lao’er dans sa mission.

Avec un humour et une tendresse non dépourvus de cruauté, Lao She fait revivre une Chine aujourd’hui disparue.

Le croissant de Lune:

La seconde nouvelle est particulièrement triste et tragique, à la différence de la première qui pouvait porter à rire du caractère faible de You Lao’er. Elle conte l’histoire d’une jeune fille (sept ans au début) et de sa mère. Le père vient de mourir. Cette famille n’ayant que très peu de moyen pour survivre va tomber peu à peu dans la déchéance. Le déclin va se faire de plus en plus rapidement. La fille va essayer de combattre (avec ses armes) cette lente décrépitude qui semble inéluctable. Après avoir vendu tout leur biens, sa mère devra se prostituer pour essayer de survivre.

La nouvelle est sous le signe de la nuit et de l’obscurité, toujours avec un faible éclairage de la lune « Si mon chagrin pouvait se comparer à quelque chose, c’était à ce croissant de lune, qui était suspendu tout seul dans un ciel gris-bleu, et dont la faible lueur allait bientôt être engloutie par les ténèbres ». Mais la lune n’est pas un signe d’optimisme, de réconfort ou de chaleur. Durant sa jeunesse elle sera partagée entre le dégout et la colère de ce que sa mère doit accomplir pour les faire survivre.

Lao She, à travers cette nouvelle nous fait une critique du système de l’époque, de la misère qui règne dans cette Chine du début du XXème siècle.

Citations :

  • Maman n’avait pas de larmes dans les yeux, il y a longtemps qu’ils étaient secs. Qu’allais-je faire ?
  • La beauté aurait pu m’assurer une meilleur place dans la société, mais comme je n’y avais pas ma place au départ, la douceur de cette consolation tournait à l’amertume qui, à son tour, se muait en orgueil: pauvre, mais belle ! Et pour finir, c’était de nouveau la peur : Maman était loin d ‘être laide. (p64)
  • Je savais depuis ma première aventure ce que c’est de se vendre à un homme. Dès qu’une fille sort de sa réserve, l’homme le sent et accourt. Il se repaît de sa chair, la mord et la terrasse comme une bête, mais elle est nourrie et vêtue pour un moment. Puis un beau jour, il se peut qu’il la maltraite ou cesse de l’entretenir. Même quand on se vend ainsi, on peut se sentir heureuse par moments, et alors on n’a que des mots d’amour à la bouche ; après viennent la souffrance et le désenchantement. (p77)
  • J’acquis au cours de ces expériences une certaine connaissance de l' »homme » et de l' »argent » ; l’argent et encore plus redoutable : l’homme est une bête mais c’est l’argent qui lui donne du nerf. (p83)
  • J’avais connu tant d’hommes que j’avais oublié l’amour. Je n’avais aimé que moi-même, mais ne le pouvais même plus; pourquoi en aimer un autre ? (p90)

Personnages

  • You Lao’er : Le nouvel inspecteur
  • Commandant Li
  • Wang Xiaosi
  • Lao Chu : un adjoint de You Lao’er, a kidnappé un fils de la famille Wang.
  • Lao Zhao : un adjoint de You Lao’er
  • Lao Wang : un adjoint de You Lao’er
  • Lao Liu  : un adjoint de You Lao’er
  • Qianwu : un brigand
  • Yang le balèze, Beaux sourcils, Le Singe, Ma Liu, Cao la Grande Gueule, Zhang Fei au Visage Pâle

 A propos de l’auteur

 

Lao She (老舍, Pinyin : Lǎo Shě), (1899 – 1966) est le nom de plume de Shu Qingchun (舒慶春) (son nom de famille « 舒 » lui donnera son nom adulte, Sheyu 舍予) est un écrivain chinois de la période moderne. Ses œuvres les plus célèbres sont les romans Le pousse-pousse (駱駝祥子), Quatre générations sous un même toit (四世同堂) et la pièce de théâtre La Maison de thé (茶馆).

Notes

Collection Folio 2 € n° 4783
Parution : 2008
Traduction :Paul Bady, Li Tche-houa, Françoise Moreux, Alain Peyraude et Martine Vallette-Hémery
Note : ***** (3,5/5)

Publicités

Laisser un commentaire, un avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s