La vie en gris et rose de Kitano Takeshi

La vie en gris et rose de Kitano Takeshi
La vie en gris et rose de Kitano Takeshi

Kitano nous raconte une part de son enfance sans pudeur. Une famille pauvre : un père peintre, alcoolique , rustre, violent et peu instruit. Une mère colérique se battait en vain pour que son fils travaille en classe, et n’hésitait pas le motiver à coup de beigne. Les humiliations et les joies à l’école, ou avec sa bande copain. Il y a des histoires touchantes : par exemple celle qui raconte son désir son désir d’avoir un train électrique, et qui va se terminer par une beigne de son père…

Je connaissais surtout Kitano en acteur et en réalisateur. Mais c’est ici une nouvelle facette que je découvre. Un récit autobiographique plein de sensibilité et de réalisme : « Je voudrais préserver indéfiniment ma sensibilité d’enfant. Aussi mature, aussi riche que je devienne, je veux rester intègre, fidèle à moi-même, à ma vérité ».  On pourrait facilement faire un parallèle à un « petit Nicolas » japonais, dans sa version petit Nicolas des cités … Un récit découpé en petits chapitres,  des anecdotes marquantes qui retrace sa jeunesse tout en HUMOUR, très rapide à lire.

Thème : Enfance, Adolescence,

Citations :

  • Là, les larmes me sont montés aux yeux. Je n’étais pas habitué à recevoir des compliments et , bizarrement, j’en ai conçu de l’amertume. (19)
  • Curieusement, allez savoir pourquoi, les étrangers m’impressionnaient. Et mon vieux, lui, avec ses courbettes excessives, montrait à quel point il manquait d’amour propre. D’autres auraient pu s’étonner de cette humilité, mais moi, elle me semblait normale. Rien de plus normale. Puisque le type était un dieu, tu comprends….(22)
  • La piscine : On mettait la tête sous l’eau, on nageait, on faisait la brasse papillon. Un jour, au milieu de toute cette agitation, il y en a un qui a fait caca. -C’est dégoûtant ! a crié un habitué. Hé ! Quelqu’un a fait caca !Le surveillant est arrivé avec une sorte de seau, mais il n’a récupéré que ce qui flottait à la surface. « Voilà c’st propre. Ca va maintenant », et il a remué l’eau. Tout le monde a fait comme si de rien n’était. Les clients sont retournés dans le bain, l’air fataliste: « Bah c’est pas si grave. » Un vieux bonhomme a rincé son dentier. Beurk, les bains publics vraiment dégueulasses.
  • Il n’y avait pas plus timoré que lui: il était incapable de dire ou de faire quoi que ce soit sans l’aide de l’alcool. Et, à longueur de temps, il sa faisait incendier par ma mère. Qu’est ce que tu veux foutre avec un paternel pareil !(80)
Beigoma
Beigoma :Traditional Games

Divers:

  • Edition Picquier poche, 2008, Bibliothèque du KB
  • Lecture le 16/03/2014
  • Note : *****
Publicités

Une réflexion sur “ La vie en gris et rose de Kitano Takeshi ”

Laisser un commentaire, un avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s